Montrons à nos enfants à quel point les jeux vidéo c’était mieux avant

Et au passage on se rendra compte nous aussi que finalement, c’est pas sûr. Surtout après avoir retouché à Golden Axe. Il y avait quand même pas mal de trucs vraiment nuls. Et d’autres qui ont très mal vieillis. Finalement, le taux de jeux d’il y a 20 ans qui valent encore le coup d’être joués aujourd’hui est assez faible.

Fin de l’introduction.

https://i2.wp.com/farm2.static.flickr.com/1173/5145737256_1827468059.jpg?w=720
Alors que les téléchargements à l’unité de jeux Megadrive sur la console virtuelle Wii, le Xbox Live Arcade ou le PlayStation Network coûtent en général entre 5 et 8€ par jeu, il existe une compilation qui contient 40 de ces jeux, et qui coûte aux alentours de 15 euros. Je trouve qu’on n’en parle pas assez. En attendant que Bernard de la Villardière décide enfin de faire un reportage sur le sujet, je vais le remplacer.

Cette compilation, intitulée Sega Megadrive Ultimate Collection, est disponible sur PS3 et Xbox 360 uniquement. Pourquoi pas sur Wii ? J’imagine que c’est une histoire d’argent, puisque techniquement il n’y a aucune raison valable. Peut-être que Nintendo et/ou Sega se sont opposés à une version Wii en raison du manque à gagner potentiel que ça représenterait pour les ventes de jeux Megadrive sur la console virtuelle, a priori bien plus lucratifs (coût de fabrication et de distribution nuls puisque jeux téléchargeables). Il existe également une version PSP, avec un peu moins de jeux.

La version US

Fun Fact : aux Etats-Unis, la compilation s’appelle Sonic’s Ultimate Genesis Collection, avec Sonic en gros sur la boîte (fig. 2). C’est assez étrange, car sur les 40 jeux, il n’y en a que 7 de la série Sonic. J’imagine que les Américains achètent plus quand il y a une mascotte. Ou alors qu’ils adorent les hérissons avec des chaussures.

La compilation contient les jeux suivants :

  • Alex Kidd in the Enchanted Castle
  • Alien Storm
  • Altered Beast
  • Beyond Oasis
  • Bonanza Bros.
  • Columns
  • Comix Zone
  • Decap Attack
  • Dr. Robotnik’s Mean Bean Machine
  • Dynamite Headdy
  • Ecco the Dolphin
  • Ecco: The Tides of Time
  • ESWAT: City Under Siege
  • Fatal Labyrinth
  • Flicky
  • Gain Ground
  • Golden Axe
  • Golden Axe II
  • Golden Axe III
  • Kid Chameleon
  • Phantasy Star II
  • Phantasy Star III: Generations of Doom
  • Phantasy Star IV: The End of the Millennium
  • Ristar
  • Shining Force
  • Shining Force II: Ancient Sealing
  • Shining in the Darkness
  • Shinobi III: Return of the Ninja Master
  • Sonic the Hedgehog
  • Sonic the Hedgehog 2
  • Sonic the Hedgehog 3
  • Sonic & Knuckles
  • Sonic 3D Blast
  • Sonic Spinball
  • Streets of Rage
  • Streets of Rage 2
  • Streets of Rage 3
  • Super Thunder Blade
  • Vectorman
  • Vectorman 2

Bon, sur l’ensemble, il y a, comme indiqué en introduction, beaucoup de jeux qui étaient déjà mauvais à l’époque et donc qui le sont toujours aujourd’hui, et d’autres qui semblaient bons à l’époque mais qui ont très mal vieilli (Golden Axe, Altered Beast…). Mais aussi quelques perles qui se jouent toujours avec le même plaisir, en particulier Sonic et Streets of Rage.

Il y a également quelques bonus à débloquer, dont 7 jeux supplémentaires (Alien Syndrome (arcade), Altered Beast (arcade), Congo Bongo (arcade), Fantasy Zone (arcade), Golden Axe Warrior (Master System), Phantasy Star (Master System), Shinobi (arcade), Space Harrier (arcade) et enfin Zaxxon (arcade)) et des interviews vidéo des développeurs des jeux.

https://i0.wp.com/farm5.static.flickr.com/4116/4863775602_41e01760b9.jpg?w=720

Bref, le contenu est assez conséquent, surtout pour le prix auquel on trouve aujourd’hui cette compil (entre 15€ et 20€ neuf suivant les revendeurs). En fait, rien que pour les Sonic et les Streets of Rage ça vaut le coup.

Quelques prix constatés au moment de la rédaction de cet article :

Bon, pas sûr que ça séduise vraiment des enfants habitués aux jeux actuels, qui – en plus d’être visuellement à des années lumières de ces oeuvres en 320×448 pixels et 64 couleurs – sont dans l’ensemble plus faciles ou en tout cas moins sadiques dans la façon de punir l’échec (existe-t-il encore des jeux dans lesquels un Game Over signifie devoir tout reprendre depuis le début ?). Mais au moins ça vous permet de jouer le vieux con nostalgique de service et montrer comment c’était, de votre temps.

Bernard de la Villardière, si tu lis cet article, sache qu’il est à vendre. David Pujadas est très intéressé, alors envoie-moi vite une meilleure offre.

Réagir à cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.