Hearthstone, jouons aux cartes dans le monde de Warcraft

Lancé en beta ouverte il y a environ un mois, et en version finale et officielle cette semaine, Hearthstone est un jeu de cartes virtuelles qui se déroule dans l’univers de Warcraft.

Particularités :

  • Hearthstone est gratuit ; et les achats dans le jeu sont vraiment totalement optionnels. J’y joue depuis l’ouverture de la beta, j’ai dû passer une bonne vingtaine d’heures sur le jeu, sans aucun achat, et sans avoir jamais l’impression d’être limité. Les achats permettent d’acheter des paquets de cartes supplémentaires, mais on peut aussi les acheter avec les pièces d’or qu’on gagne en jouant simplement au jeu.
  • La facilité de prise en main de Hearthstone est déconcertante. On entre dans le jeu très rapidement, aucune notice à lire ; c’est plus simple que Magic, voire que le jeu de cartes Pokémon ! L’ensemble se joue entièrement à la souris, et ça c’est vraiment cool quand on a la flemme d’utiliser sa deuxième main pour appuyer sur les boutons d’une manette ou sur les touches d’un clavier.
  • C’est très joli, avec le character design de World of Warcraft, sorte d’heroic fantasy légèrement cartoonisée ; les arènes sont colorées et truffées de petits détails. Les animations des cartes sont simples et efficaces. Et comme tous les jeux Blizzard, la finition est parfaite. Tout semble parfaitement pensé, conçu, réalisé, pour livrer un jeu auquel on ne peut pas reprocher grand chose. Cerise sur le gâteau, le jeu tourne sur des configurations modestes (mon petit PC portable acheté 300€ il y a 2 ans le supporte parfaitement, sans ralentissements notables).
  • C’est très prenant ; une partie dure une dizaine de minutes en moyenne. Quand on perd, on a envie de rejouer pour se venger sur le joueur suivant. Quand on gagne, on a envie de reproduire l’expérience. Chaque jour, on reçoit un défi (gagner 5 matchs avec le Mage, éliminer 50 serviteurs ennemis, convoquer 30 serviteurs…) permettant de gagner un bonus de pièces d’or, lequel peut être dépensé pour acheter un paquet de cartes.
  • C’est personnalisable : comme dans tous les jeux de cartes de combat à collectionner, on dispose de decks de départ, mais on peut aussi créer ses propres decks. Un deck ne fait que 30 cartes, c’est donc assez rapide à créer, d’autant plus qu’un assistant peut être appelé pour obtenir des suggestions de cartes.

Vidéo d’un match

E. (G8) n’a pas eu envie d’essayer – en ce moment il se plaint d’avoir trop de jeux vidéo à faire. Et je pense qu’il a peur de perdre – en général il n’aime pas les jeux de duels, que ce soit en jeu de société ou en jeu vidéo.

Malgré tout, en jeu contre l’IA (qui est réglée sur un niveau assez gentil), je pense qu’Hearthstone est parfaitement accessible à des enfants à partir de 8 ans. Visuellement c’est très séduisant, ça se prend en main en un clin d’oeil, et le jeu est en plus entièrement traduit en français – textes des cartes évidemment mais aussi les petits morceaux de textes prononcés par les héros ou les serviteurs lors de certaines actions.

C’est avant tout un jeu de réflexion dans lequel il faut choisir les bonnes cartes, en comptant les points de dégâts qu’elles peuvent causer, en évaluant le nombre d’ennemis qu’on peut éliminer suivant les choix réalisés, en optimisant ses actions pour réaliser la meilleure combinaison avec le nombre de points d’actions dont on dispose à chaque tour. Car malgré sa simplicité de prise en main, Hearthstone n’est pas un jeu casual ; il est assez difficile de gagner contre un humain (sauf s’il est très mauvais) en faisant autre chose en même temps, il faut rester bien concentrer pour ne pas être pris par un mouvement de panique lorsque notre tour arrive (et jouer n’importe quoi), et il vaut mieux réfléchir avec 1 ou 2 tours d’avance pour ne pas gaspiller des cartes qui pourraient être plus puissantes si on attend un peu.

Vous (ou vos enfants) aimerez Hearthstone si vous aimez les jeux de réflexion et de stratégie, les machins virtuels à collectionner et les ambiances heroic fantasy.

Stéfan

Un jour où je ne savais pas quoi faire, j'ai créé ce site. Dans la vie je suis robot-ninja. Et à part ça, j'ai deux enfants, E. (9 ans) et U. (4 ans).

Hey ! Regardez ça !

3 réponses

  1. LE Nelge dit :

    A ma propre surprise, c’est prenant ce truc. Certes dégainer la carte bleue peu déséquilibrer le jeu, mais l’arène pallie ce défaut. Par contre, j’ai trouvé que la réflexion est plus dans la composition du deck que dans la partie. Une fois celle-ci lancée, faut espérer avoir un tirage dans le bon ordre, ça se joue vachement en pilotage automatique une fois qu’on a l’expérience d’une dizaine de parties. Idéal en rentrant du boulot avec un café dans une main et un chat sur les genoux (un peu comme Diablo III avant qu’on ne réaliste qu’il existe un mode tourment).

    • Stéfan dit :

      Je ne sais pas si la carte bleue peut vraiment déséquilibrer, puisqu’il reste assez simple d’avoir des paquets de cartes gratuitement, et ce sont les mêmes que ceux qu’on achète avec du vrai argent. En faisant quelques parties chaque jour, on peut facilement avoir 5-6 paquets par semaine.

      Mais trève de blabla, quel est ton identifiant Battle.net, histoire que je te mette dans mes contacts et que peut-être on se croise en ligne ? (quoi que je ne sais absolument pas comment/si on peut jouer en choisissant son adversaire)

  2. LE Nelge dit :

    Je t’ai ajouté, c’est lenelge#2435.

Laisser un commentaire