Pourquoi il faut enseigner la programmation aux enfants

Notamment parce qu’il va bien falloir que des gens soient capables de programmer les robots dont on aura besoin pour s’occuper de nous quand on sera de vieux croulants incapables de bouger. Et pour plein d’autres raisons très bien présentées dans l’infographie ci-dessous.

14 réponses

  1. bien entendu, en France, on est à la ramasse là dessus aussi !

    • Stéfan dit :

      Ce qui est incroyable c’est que quand j’étais en primaire, donc dans les années 80, je me souviens qu’on avait des cours d’initiation à la programmation, sur des ordinateurs TO7 avec des stylos optiques. Il y avait des sortes de mini labyrinthes sur l’écran, et on devait indiquer les coordonnées à un objet pour qu’il se déplace jusqu’à la sortie.

      Alors pourquoi aujourd’hui alors que les ordinateurs sont omniprésents, cette langue vivante permettant de communiquer avec les machines n’est plus dans les programmes de primaire ?
      Faudra pas s’étonner quand les terminators vont débarquer du futur et que personne ne sera capable de les reprogrammer pour éviter qu’ils ne nous tuent tous.

      • Exactement, pour moi idem, au collège en 6ème (1980), notre prof de maths nous initiait au code pour animer des balles ou pour re-créer le fameux jeu de tennis. Windows n’existait pas encore pour le grand public. C’était l’âge de fer.
        Mais pire encore aujourd’hui. Ma fille a de “la chance”, elle est tombée dans une famille de Geek (grands-parents inclus). Malheureusement pour ses camarades, dans son école primaire, la dotation en matériel a été faite il y a 4 ans, mais la salle d’informatique n’est toujours pas opérationnelle !!!! On a pourtant proposé notre bénévolat, mais il paraît que le rectorat ne l’entend pas comme ça.

  2. Tahiri dit :

    idem pour les cours sur TO7 ou MO5.
    très bon article!

  3. Avec la réforme des rythmes scolaires, ma fille M. (8ans) va sûrement faire de la peinture sur soie, de la danse ou même du tambour dès 15h30. Pendant ce temps là, les ordis seront certainement éteints.

  4. Tahiri dit :

    Mouai, enfin le système éducatif français n’a pas attendu cette réforme pour être bancal et incohérent. Attention aux propos de comptoir.

    Et puis le tambour et la danse c’est bien aussi, plus tard elle pourra jouer de la batterie dans un groupe de Death Metal, ou jouer Padmé Amidala dans “Dance Off With The Stars Of Star Wars” dans les parcs Disney.

  5. Oui mais si le T1000 débarque, un tambour sur la gueule ça ne lui fait rien. Et puis, c’est le genre d’androide qui n’est pas sensible à la danse.

  6. Stéfan dit :

    Les activités artistiques qui vont être ajoutées c’est en dehors des cours (si j’ai bien compris), c’est différent et c’est normal que ce soit des trucs non vitaux mais enrichissant culturellement. Et si ça peut aider à rééquilibrer un peu les activités extra-scolaires qui sont aujourd’hui largement dominées par le sport, c’est très bien.

    Par contre, les cours doivent théoriquement contenir les bases vitales pour survivre. Or l’informatique ça en fait partie, et avoir des bases permettant de comprendre la logique interne des ordinateurs (donc pas seulement comme utilisateur de logiciels), si on ne souhaite pas que demain seule une poignée d’individus (ou de pays) soient en mesure de dialoguer avec les machines et les contrôler, c’est essentiel (au même titre que l’apprentissage de l’anglais dont l’âge de départ a été énormément diminué ce qui est très bien parce qu’il faut que des gens soient capables de traduire rapidement les épisodes de Game of Thrones pour qu’on les télécharge en VOST 1h après leur 1ère diffusion américaine).

    • Et oui, je fais partie de ces personnes qui utilisent leurs aptitudes d’artiste au service du web. Je fais donc partie de ces 2 “mondes”. Et moi aussi en tant que parent je déplore que mes enfants sur leur temps d’école et surtout pour les fameux TAP ne puissent pas étudier l’informatique ou la musique (le solfège est une discipline à part entière). C’est une activité qui est onéreuse en para-scolaire pour beaucoup de familles. Et les associations de mon secteur ont vu leurs horaires de cours rognés largement par le nouveau rythme scolaire. Dans leur école primaire on leur a proposé pour les TAP : du sport, des ateliers de dessin… mais pas d’informatique, ni de cours de langues vivantes non plus (faut voir le niveau des cours d’anglais au programme !). Il faut bien le dire, pour ceux qui n’habitent pas de grandes villes, il semblerait que les TAP s’apparentent plus à des activités de centre aéré. Que met-on dans les cerveaux de nos enfants pour enrichir leur futur ou les aider à développer des aptitudes ?

  7. oui, sans ça on se dirige tout droit vers Skynet.

  8. Note importante: la grande majorité des professeurs des écoles ont une formation littéraire. A moins de miracles ponctuels, il n’y aura jamais d’enseignement de la programmation à l’école primaire.

    • Stéfan dit :

      Ca pourrait très bien être fait par des intervenants spécialisés, comme c’est parfois le cas pour les cours de langues vivantes en maternelle ou primaire où ce n’est pas l’instit qui donne les cours.

  9. De toute façon, ils ne savent même pas que ça existe.

  10. krisdevil dit :

    Le tambour et la danse , c’est pour faire la manche dans le métro !

    moi aussi j’ai eu le droit au T07 et M05 au collège et même au lycée en en seconde STI , mais on faisait rien de concret, j’ai choisi une autre voie, mais si ça se trouve j’aurais été un peter molyneux ou un david cage?

    l’informatique fait partie intégrante de notre vie , mais il faut une manière ludique et concrète de l’enseigner, (pas e faire des rond aléatoirement sur un écran , vive la BASIC)

Réagir à cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.